2 mois plus tard …

Nous revoilà, 2 mois plus tard plus fort que jamais. Ces 2 mois de repos était plus que nécessaire.

C’est reparti pour un tec mais cette fois le gynécologue me dit de prendre de l’aspirine 1x par jour pour fluidifier le sang. SUPER! on teste quelque chose de nouveau. On se dit voila on a peux être enfin trouvé une solution même si ce n’est que de l’aspirine.

je reprend le traitement comme une grande, jusqu’au transfert.

Ce jour la, je profite pour poser toutes les questions qui me viennent en tête.

On me dit que comme je n’ai jamais eu d’accroche, ni de fausse couche il serait pas mal de faire une biopsie de mon utérus au cycle suivant. Je comprend vite que je ne dois pas fonder trop d’espoir sur cet essai. Même si mon mari lui veux y croire …

12 jours se passe et résultat : NEGATIF ! encore 2 embryons fichus. J’ai cette sensation de tuer mes bébés c’est bêtes hein mais je les aient fabriqués, je me suis piquées tellement de fois, je me suis faite opérer et je les tuent 1 à 1…

J’ai appris la nouvelle il y’ à 48h d’ou le fait vous remarquerez que j’ai raconter mon histoire en 1 journée sur ce blog.

Cela me fait du bien. Maintenant j’attends mes règles et je vais faire comme toujours ce qu’on me dit de faire même si je perd peu à peu confiance en mes médecins..

Cette biopsie donnera nous donnera peux- être des réponses. Elle nous aidera peux-être à réaliser notre plus grand souhait : un enfant.

 

 

Publicités

Place au transfert d’embryon congelé

Quand on est en PMA, on ne lache rien. Certes, j’était détruite par le résultats rescent de ma fiv. Mais soit je pleure sur mon sort soit je me lève et continue. J’ai vite pris ma décision. On me parle maintenant de TEC ( Transfert d’embryon congelé) il m’en reste 8. Nous prenons la décision d’en transférer 2 ce qui augmente nos chances.  ouf , ce traitement est plus léger que l’autre, je dois juste prendre du progynova ( cachet) à prendre 3X par jours depuis le 2ieme jours des règles et prendre un rdv chez le gynécologue à J12.

progynova: est un médicament qui met les ovaires au repos car tout ce fait en cycle artificielle.

Après le contrôle prise de sang et échographie , le gynécologue me dis de prendre de l’utrogestan voie vaginal 3 fois par jours . Mais c’est super ça dis donc 🙂 et ce jusqu’à la prise de sang. Le transfert se fait 5 jours après la prise de l’utrogestan donc +- a J20

et puis ils nous reste 12 jours d’attente … c’est looooong

 

résultat : NEGATIF    mais qu’est-ce qui ne va pas chez nous. J’en viens même à me dire que j’aurai préféré avoir un problème au moins on aurait su comment le combattre.

Tout ces échecs sont de plus en plus dure à supporter… je décide de faire une pause de 2 mois et profiter un peu de la vie …

 

Fécondation in vitro

Alors la, je peux vous dire que ce traitement il ne fait pas rire les mouettes… il est tellement costaud qu’on est sure que cela va enfin fonctionner… Tout le monde connais en plus des couples qui sont passé par la et pour qui cela a fonctionné directement alors pourquoi pas nous ? vu qu’on ne présente aucuns problèmes..

Tout commence le deuxième jour des règles, et oui en plus de la douleurs de ces dernières on doit commencer les injections. Chaque soir 1 piqure à heure fixe dans le ventre durant 7 jours pour stimuler les follicules ( le but est d’en avoir un maximum). heureusement que nous sommes indépendant car il faut à partir du 7 ieme jours faire des échos et prise de sang tout les 2 jours afin d’éviter l’hyperstimulation. Après les 7 jours on passe à deux piqures chaque soir dans le ventre jusqu’à ce qu’un maximum de follicules soient matures. C’est très prenant car en plus des piqures que mon pauvre petit mari devait me faire tout les soirs, je devais faire des prises de sang tout les 2 jours. Mes bras et mon ventre étaient devenu bleu. Mais je vous rassure ça ne fait pas mal. Enfin presque pas mal 😉

Quand le gynécologue estime que c’est bon, une troisième piqure vient nous faire un coucou, le pregnyl. Vous vous souvenez celle qui déclenche l’ovulation. 36 heures après c’est l’heure de la ponction. La mienne s’est déroulée sous anesthésie générale, le gynécologue aspire tout nos follicules pour ma part c’était une bonne pioche car nous en avons eut 17.

Durant la ponction monsieur lui fait sa petite donation.

Ils vont directement mettre les spermatozoïdes dans les follicules et attendre 3 à 5 jours pour voir s’ils survivent et se développent. Il existe deux méthode la naturel ou ils mettent les follicules et le spermatozoïde dans un récipient et voient si ils se fécondent seul et la FIV ISCI ou la ils injectent directement le spermatozoïde dans le follicule pour maximiser les chances.

Nous ils ont fait 50/50 et miracle nos embryons on prit tout seul. Donc problème en moins nous n’avons pas de problème de fécondation.

Sur les 17 nous avons obtenu 11 embryons et 9 qui ont survécu.

Bonne nouvelle, nous sommes tellement enthousiaste, notre rêve va bientôt se réaliser.

Le jour du transfert, cela se passe comme un contrôle gynécologique, ils insèrent un cathéter jusque à l’utérus et y pose notre embryon.

plus qu’a attendre 14 long jours.

Le jour de la prise de sang, le médecin m’appelle … mes épaules s’écroulent le résultat est négatif je suis détruite…

 

L’insémination artificielle

Le protocole pour une IAC commence par la prise de clomid les 5 premiers jour du cycle. Ca permet d’avoir des cycles plus cours en tant normale mes cycles peuvent aller jusque 40 jours. Après quelques jours on doit faire des contrôles ( échographie et prise de sang). Si tout ça est bon, le gynécologue me demande de me faire une piqure dans le ventre de pregnyl pour enclencher l’ovulation dans les 48h. C’est à ce moment précis que monsieur rentre en scène. Il doit donner un petit échantillon de sperme que le labo vas préparer pour le booster et ne prendre que les meilleurs cela dure 1H.

On revient 1h plus tard au centre et le gynécologue nous transfert les meilleurs directement vers le col de l’utérus.

Nous en avons fait 3 qui n’ont pas fonctionnées.

Nous demandons à passer à la Fécondation in vitro …

20 mars 2016 premier rdv au centre pma

Nous voila au centre de pma pour la première fois. Nous expliquons notre problème et nous sommes pris en main par une équipe en belgique.

Pour commencer ils nous demandent de faire chacun une prise de sang.  Pour une analyse hormonal chez lui et chez moi.

Rien de concluant, tout est ok .

Le verdict tombe nous sommes dans une stérilité dite « idiopathique » c’est-à-dire inexpliquée. Ce mot je l’ai pris comme une gifle, même le nom de notre problème se moque de nous 🙂

Partant de ce verdict, nous allons prendre les essais dès le début: LES INSEMINATIONS ARTIFICIELLES  dites IAC 

on reprend du poil de la bête … que le combat commence …nous y allons confiant!

 

LAPAROSCOPIE ET TEST BLEU

Le jour j est arrivé… me voila allongée sur mon lit d’hôpital à attendre devant la salle d’opération. J’ai peur … Mon nom apparait sur l’écran devant la salle, c’est mon tour.

Je m’installe, et hop on m’endort.

Je me reveille, tout s’est bien passé. Ils n’ont rien trouvé… j’était déçue et soulagée en même temps. S’ils avaient trouvé quelque chose on aurai pu combattre quelque chose.  Nos échecs ne sont toujours pas résolus. Cela reste encore un mystère.

L’après opération : La cicatrice ne fait pas mal du tout ce qui fait un peu mal c’est le gaz qu’ils ont injecté lors de l’opération afin de gonfler l’abdomen pour ne pas toucher les organes au alentour.

en quoi consiste la laparoscopie?

en gros mon gynécologue  fait une petite incision au niveau du nombril et y passe une petite caméra pour voir si tout est ok dans mon utérus et si je ne fait pas d’endométriose ( cellules de l’endomètre qui ne s’évacuent pas correctement lors des règles et qui vont se poser sur nos organes au alentour et au niveau de l’utérus ce qui empêcherai un embryon de s’accrocher lors de l’implantation).

Et le test bleu c’est quoi ? 

la, le gynécologue, fait passer un liquide bleu dans les trompes pour voir si elles sont bien perméables ou si elles ne sont pas bouchées.

Tout ce fait sous anesthésie générale. On y rentre le matin et on sors de l’hôpital dans l’après midi.

Bon bin nous repartons de l’hôpital sans réponse mais comme il n’y a rien qui contre indique une grossesse on y crois pour les mois à venir.

On nous dirige alors vers la PMA …

 

 

Le début…

Me voila face à mon gynécologue, je lui explique qu’avec mon mari nous voulons fonder une famille, mais nous n’y arrivons malheureusement pas. Il me prescrit un médicament nommé « clomid« , il nous explique que cela régule le cycle et boost l’ovulation car j’ai des ovaires polykystiques ce qui veux dire que je n’ai pas de cycle régulier donc plus difficile à cibler le jour de l’ovulation.

Super! on repart de là avec cette sensation d’avoir trouvé la solution, on se voit déjà parents le mois prochain. Nous sommes sur notre petit nuage.

1 cycle passe, 2 cycle… non ça ne marche pas. A part les effets secondaires ( bouffées de chaleur, douleurs à la poitrine ) rien ne se fait.

Nous retournons chez le gynécologue, qui nous rassure, il y a tellement d’autres techniques qui vont nous aider à avoir un enfant. Nous sommes donc confiant.

Il demande à mon mari de faire un spermogramme avant de me faire une subir une opération assez lourde  » LA LAPAROSCOPIE« ,

Quelques jours plus tard nous avons le résultat du spermogramme tout est ok!  Bon bin super à moi l’opération avec ce sentiment que le problème vient d’office de moi du coup.

Aller, je fonce vers toi chère laparoscopie…

 

A propos

hello tout le monde,

Je m’appelle Marie, 29 ans,  je suis en couple depuis maintenant 12 ans, 2 ans de mariage et toujours très amoureuse. Tout ce qui nous manque pour atteindre un bonheur maximal serait bien évidemment un enfant. Mais malheureusement le sort s’acharne un peu contre nous. J’ai décidé de créer ce blog pour exprimer mon ressenti, ce qui pourrai dans un premier temps (je l’espère) me servir un peu d’échappatoire, parce que notre entourage peux des fois en avoir marre de nous entendre nous plaindre et malheureusement ils ont raison. Toutefois je ne peux moi passer à autre chose,étant encore sous traitement  et mon combat n’étant pas terminé. En second, je  pourrai (je l’espère de tout coeur) peut être aider certaines d’entre vous qui se posent des questions concernant tout ce processus de la procréation médicalement assistée (pma). Je suis passé par toutes les étapes possibles:

  • clomid
  • laparoscopie
  • insémination artificielle (iac)
  • fécondation in vitro (fiv)
  • transfert d’embryon congelé (Tec)
  • la biopsie de l’endomètre ( matricelab)

Si mon parcours peut vous aider, vous apporter certaines informations et conseils cela voudrait dire que je n’ai pas fait tout ça pour « rien ».

Si vous lisez ces quelques lignes, ce n’est sans doute pas un hasard et vous êtes certainement dans la même situation que moi peu importe si vous venez de commencer, c’est douloureux des le premier échec. Je suis de tout coeur avec tous ces couples qui doivent vivre tout ça juste pour être heureux comme tous le monde, continuons à y croire ! c’est un combat qui en vaut largement la peine…